Pourquoi la peur ? Qu'est ce que la peur ?

Comme yogini, enseignante et pratiquante, je me suis souvent confronté à mes peurs. J'ai découvert qu'il y a deux sortes de peur : la peur réactionnelle à un danger immédiat, celle qui répond à une attaque physique, visible, un danger palpable. Et il y a les peurs construites par notre mental. C'est à dire qui sont le fruit d'un contexte, le fruit d'un environnement qui est subtil comme ce que nous vivons ces temps ci. À la différence de la peur matérielle, lorsque notre tête commence à croire à cette peur, bien-sûr, elle devient notre réalité si nous ne faisons rien pour l'arrêter.

Nous avons le pouvoir d'apprivoiser ce phénomène et de le transformer.



Les conséquences de la peur sur notre être sont un système de défense à une agression. Le cerveau sort d'un mode raisonné, il envoie les signaux de fuite à tout prix, adrénaline et dopamine et autre shoot chimique pour que nos réflexes et muscles se mettent en action. Du coup, le reste n'existe plus, on est complètement déconnecté du vivant, du joyeux et de la paix, normal pour fuir, logique !

Mais lorsque c'est l'autre peur qui intervient, il n'y a pas de fuite possible, on subit des conséquences moins palpables, au même niveau que l'origine de cette peur. L'agitation mentale affaiblit le corps de manière subtile (on parle du phénomène de charge mentale, conséquence immédiate sur le corps). Notre système immunitaire prend en compte les signaux et nous nous retrouvons paralysés, douleurs, sensation d'oppression, contractions musculaires involontaires, stress !

Un corps en tension est alors privé du relâchement et de son fonctionnement normal ! L'équilibre est chamboulé et cause un risque plus grand de développer des maladies, faiblesses et un esprit peu clair. L'idée est de prendre conscience et de permettre ce relâchement. Il est vital !

Un corps détendu secrète naturellement tout ce dont il a besoin, les énergies circulent, l'évacuation des déchets n'est pas gêné par les tensions qui obstruent les canaux (souffle coupé, constipation, sensation de fourmillements, absence d'appétit, mort...). L'effet d'un corps sain détendu est de permettre la vie de le traverser, les micro-nutriments sont distribués, nourrissant les cellules, les idées sont fluide et nous sommes inondé par la joie et la paix.

Alors que faire ? Si le besoin primordial est cette libre circulation alors nous devons nous mettre en mouvement. D'une part l'action des muscles est comme une pompe qui va drainer le système lymphatique. D'autre part, si la cause de la peur (stress) vient du mental, il est bon d'agir aussi sur le mental. Bouger, danser, mettre la musique à fond et se défouler ! Sortir de la torpeur !! ahahah, faire quelque chose, agir, selon notre nature, on peut avoir différents besoin, prenez un temps pour les écouter !

Un exercice très simple qui permet de mesurer à quel point notre esprit peut être agité, c'est de concentrer notre attention sur le souffle.




Exercice. Pendant 5 minutes essayer d'amener toute l'attention sur la circulation de l'air des narines aux poumons.

Prendre conscience de ce qui se passe.

Est-ce que mon mental continu de tourner, la sensation d'avoir un petit vélo dans la tête ? Est-ce c'est le monde extérieur qui m'atteint ?


Cette observation indique l'origine de ce qui me préoccupe.

Répéter l'exercice autant que possible dans toutes les situations. Si on observe que notre mental est agité, c'est primordial pour notre santé globale de prendre en compte cela.


Qu'est-ce que la respiration provoque ? Physiquement, mécaniquement, un mouvement ! Et pas n'importe lequel, l'expansion ! ouverture, désencombrement, ESPACE ! et une contraction, qui chasse, expulse, élimine, le VIDE ! Qu'est-ce "prendre conscience" ? C'est réaliser, observer ce qui est là, c'est revenir à l'état du moment présent, le seul espace où la vie existe. C'est court-circuiter le mental !!

En tant que personne, j'ai compris que la peur est comme un message qui indique simplement qu'une situation ne me convient pas. Donc j'en ai fait un allier. Je ne fuis pas, je reste à l'écoute, je respire profondément, souvent, encore et toujours car mon esprit est subtil et mobile

!

Je retrouve ainsi la clarté, l'espace en moi, et la joie, je peux me reconnecter avec le coeur et aimer. Me soucier de mes amis, famille et proches, m'occuper de moi avec bienveillance. M'aimer avec ces moments de peur qui ne sont que des alarmes et leur dire que c'est okay.

Tant que je permets à la vie de circuler en moi alors tout va.



Merci, n'hésitez pas à partager vos expériences !

Plein d'amour à tous. Anaïs

0 vue