Se connaît-on vraiment ? Anaïs - le témoin aux 108 perles !

Mis à jour : févr 19

Quelques confidences sur ma vie, ma jeunesse et mon parcours d'adolescente, un endroit où j'ose enfin me déposer, comme on le ferai avec sa meilleure amie ! Ici, je souhaite alimenter quelques pistes vers cette voie inspirante du Yoga !

J'apprécie et je dis merci lorsque les gens que je croise me disent que je suis une source d'inspiration, oui, quelle gratitude, car c'est vraiment ce à quoi j'aspire ! Et je vous confesse que c'est à la fois un chemin très fastidieux ! Prêt ?


Je n'ai jamais considéré une grande importance pour l'image que l'on donne, depuis toute petite, j'avais d'ailleurs plus envie de ne pas être remarquée ! Je m'effaçais souvent, championne du cache-cache et dans l'art du passer inaperçu !


Il y en a eu du chemin... J'ai un souvenir lointain, d'une croyance en quelque chose de plus grand que moi, plus fort, et immense que l'existence humaine. J'avais 12 ans, an 2000... je me posais déjà beaucoup de question existentielles ! Pourquoi cette vie ? Quel est le but de mon existence ? Pourquoi en cette période de l'histoire ? De quoi en stresser plus d'un qui réfléchi bien trop ! Et surtout que souvent les question restaient sans réponse n'osant les poser. Une enfance à réprimer beaucoup mes observations, mes émotions, un contexte familial des plus classiques, maman, papa au boulot, heureusement, les papis et mamies pour nous transmettre quelques bribes de sagesses qu'on trouvait juste trop barbant ou contraignant à l'époque !


En revanche, j'ai eu la chance de vivre dans un contexte qui m'a permis d'aimer la nature. J'y voyais un terrain de jeu sain et favorable pour la timide que j'étais, j'adorais faire des cabanes, jouer dehors sous la pluie, le vent, la neige, même pas peur !

Ma préadolescence auprès des chevaux est mémorable de grâce et d'amour ! Ces êtres stables et leur imposante présence parfois m'ont donné du courage me permettant d'affronter la peur, de la force, développée dans le corps à corps que nous faisions; de la douceur lorsque je pouvais fourrer mon nez dans leur soyeux pelage et de la foi en la vie, me permettant au jour le jour, d'apprécier avec les yeux du coeur la simplicité de l'instant au fil des saisons !


Et puis, le lycée, je commence à sortir de ma douce rêverie ! En Terminale je me rend compte que la vie pépère sans histoire ni remous de chez papa et maman se termine bientôt, et pour mon grand bonheur non pas sans stress et émoi ! Enfin je croyais pourvoir goûter à la liberté, l'indépendance et l'autonomie, je m'en sortais d'ailleurs très bien, au grès du cœur, et de la facilité, j'ai intégré la fac à Toulouse, une année pour être loin des miens et réfléchir à ce que je voulais faire, loin du confort, livrée à moi-même un moment idéal ou j'ai appris à gérer mon budget, et gagner en autonomie et souvent je me sens seule...


2007 - le chemin me mène en études de Tourisme, encore plus au Sud. Je vis enfin des expériences où je me sens moi-même et reconnue pour ce que je suis, de nouvelles rencontres, des passions, et des peines, les chevaux sont encore là une source de développement, j'allie ma pasion avec la vie professionnelle ! Des voyages, toujours optimisés et contrôlés, du sens et du pratique rythme mon chemin !

Et je confesse les croyances de ce monde (société) moderne me rattrapent : gagner ton pain, réussir, briller, très bien ! J'intègre une fac en spécialité hôtellerie à l'autre bout de la France (dans l'ouest), soif d'évasion, de découvrir me guide ! Le monde du travail s'ouvre enfin à moi ! Et c'est aussi là que débute un petit glissement vers quelques part d'ombre... quelques soirées arrosées, beaucoup, insatisfaction permanente, égo blessé, susceptibilité exacerbée, amitiés superficielles alors qu'au fond de moi, je sais que je ne suis pas ça !


Vagabonde, entre la peur et l'excès de confiance, entre le mépris et la passion, en proie aux émotions et au quand dira-t-on, je vais de saison en saison, de maison en maison (c'est le terme hôtelier) et je me dis quelle horreur de monde égoiste, colérique, il est où le monde douceur auquel j'ai goûté dans l'enfance ? Apparemment il n'y en aurai pas eu assez pour que je sache où le retrouver...


Et puis dans le chaos, dans la déprime et le tourment qui souvent me guide quand l’ego ne s'y met pas, il y a des forces, des ressources ! Dans la nature, où réside la paix. Je choisis parcours des lieux où l'espace règne, des rencontres, les chevaux, le ciel et l'océan. La présence d'une nature et paysages riches, dans lesquels je (re)plonge lorsque la lumière est trop faible. C'est là que je me souvient, la nature est source de vie, d'inspiration, et de liberté. Ces bulles d'oxygène m’emmènent dans un nouveau regain de sens, il est temps de quitter ce que ne me convient plus !


Encore des rencontres : j'entend et je découvre le Yoga, dans sa forme simple de ligne de conduite, de réflexion philosophiques, des petites graines sont semées. J'essai une séance, posturale et dynamique à souhait ! Je ne comprend rien à ce qui se passe, mon corps est tout endolori, mais je sais au fond de moi que c'est pour le bien ! Depuis, je profite de la moindre occasion dans mes temps libre pour goûter à nouveau, je touche à quelque chose qui me parle profondément sans même que je le sache ! Je retrouve mon corps, que souvent j'ai délaissé, oublié, ou surmené, je retrouve mon esprit, ma capacité à apprendre à nouveau, à ouvrir un champ de vision, me sortir de la condition !


Et ainsi, je voyage encore vers ma vie que je commence à prendre en main, à conscientiser mes défauts, et me rendre compte à quel point il est temps de demander de l'aide, de changer ! Je m'autorise doucement à exprimer tout cet être sensible, je m'autorise grâce à la pratique du Yoga et de lecture de sagesse sur le bouddhisme, 108 perles de sagesse une oeuvre qui a contribué largement à lâcher des croyances, et à voir avec l’œil de l'amour dans des situations les plus cocasses ! Des ressources inspirantes me parlent et abreuvent enfin ma vie de sagesse retrouvée (celle de l'enfance), de lumière et d'amour, je m'autorise à me détendre, à relâcher ouh que c'est difficile ! Je vois enfin à quel point il est important de ne plus vouloir être si parfaite, si bien moulé, si indifférente, et me retrouver enfin ! C'est un pas de conscience dans le chemin !

2014 - le grand virage ! à suivre !